La kinésithérapie respiratoire pédiatrique

INTERVENANT : Vincent BREHERET – Masseur kinésithérapeute

Consulter son CV

PRÉSENTATION

Pré-requis : Diplôme d’état de masseur kinésithérapeute inscrit au conseil de l’ordre,

Pré-acquis : connaissances de base : anatomie, physiologie, anatomie palpatoire.

La fonction respiratoire, si capitale pour le maintien de la vie, peut être perturbée dans de nombreuses situations : difficultés d’adaptation à la vie aérique chez le nouveau né, malformations pouvant atteindre tous les étages de l’arbre respiratoire, affections héréditaires comme la mucoviscidose, ou encore agressions extérieures essentiellement infectieuses.
La pathologie respiratoire est donc fréquente chez le petit enfant. Elle doit être prise en charge, souvent de façon urgente, mais toujours de façon parfaite, pour éviter d’une part une asphyxie avec ses conséquences dramatiques sur le plan vital ou neurologique, et d’autre part un retentissement potentiellement néfaste sur la croissance pulmonaire.
Un panel de pathologies respiratoires, et une mécanique respiratoire si précise, imposent aux masseurs kinésithérapeutes de se remettre régulièrement en question sur l’efficience de leurs techniques.
Des connaissances théoriques concernant la mécanique des fluides gazeux, un sens aigu de l’observation, l’acquisition de nombreuses techniques appropriées à chaque cas, ont permis à la kinésithérapie respiratoire de s’adapter peu à peu aux différentes techniques médicales. Mais cela suppose une solide formation afin de pouvoir s’adapter à son petit malade avec intelligence et souplesse.

Objectifs :
1. Rechercher et identifier les savoirs nécessaires pour poser et évaluer des pratiques professionnelles.
2. Savoir choisir, évaluer et adapter les techniques de soins.

Cette formation permet donc à chacun de construire le développement de son autonomie professionnelle, d’établir un programme thérapeutique en fonction des besoins constatés, et de choisir les techniques de kinésithérapie les mieux adaptées.

Méthodes pédagogiques et modalités d'évaluation :
Pédagogie en groupe avec formation présentielle, activité d’analyse des pratiques, partage expérentiel, questionnement et raisonnement.

Les travaux pratiques se composent de jeux de rôle (mise en situation pratique), de tables rondes (à partir de dossiers cliniques, et partage expérientiel,intéractivité),et d’ateliers de raisonnement et de communication, avec des activités organisées de sensibilisation, d’information, d’apprentissage et d’accompagnement.
La formation ne s’effectuant pas en structure médicalisée, les TP se réalisent sur des mannequins représentant différents cas de pédiatrie

QCM, mise en situation patientèle, pratique de la technique, bilan d’un patient : autant d’exercices de contrôle qui vont  servir à faire «  vivre » la formation en  adaptant  le rythme et les méthodes pédagogiques.

Des techniques d’animation et de dynamique de groupe, des tests questionnaires de connaissance, de la pratique kinésithérapique sous un contrôle permanent de l’intervenant, vont jalonner le déroulement de la formation et servir à évaluer les acquis des apprenants.

La formalisation des résultats sera concrétisée par une attestation de validation des acquis, certification de fin de stage.

Contenu de la formation :
La kinésithérapie respiratoire, réalisée de manière efficace et associée à un bilan diagnostique kinésithérapique, est le moyen indispensable au traitement de l’encombrement, et du « dysfonctionnement mécanique » des bronches des nourrissons. Argument qui fut renforcé lors de la première conférence de consensus en kinésithérapie (Lyon, décembre 1994) sur le thème de la place respective des différentes techniques de désencombrement bronchique.
« Dans le cadre de la prescription médicale, le masseur kinésithérapeute établit un diagnostic kinésithérapique et choisit les actes et les techniques qui lui paraissent les plus appropriées » J.Boudot in Viel, 2000.

Outils :
Evaluation avant, pendant et après l’acte thérapeutique ; description et explication de l’acte thérapeutique en fonction de savoirs fondamentaux référencés.
Revues bibliographiques référencées et questionnaire à choix multiples

Programme :

Premier jour : durée 8 h

  • Evaluation et analyse des pratiques professionnelles lors d’une table ronde avec ateliers de raisonnement et de communication :
    – Reconnaître et isoler les déficiences en fonction de référentiels scientifiques, professionnels et législatifs.
    – Réflexion et analyse des résultats pour définir la problématique kinésithérapique.
  • Mise en place des connaissances anatomiques, physiologiques et cliniques nécessaires.
  • Données anatomiques et physiologiques
    – Former le professionnel de santé à appréhender la pathologie respiratoire dès le plus jeune age.
    – Le prématuré, le nouveau-né, le nourrisson et le petit enfant.
    – Le développement pulmonaire santé et post-natale.
    – L’adaptation à la vie aérienne.
    – L’anatomie du poumon.
    – Le rôle et les propriétés du surfactant.
    – La mécanique ventilatoire.
  • Les pathologies respiratoires concernées:
    – La maladie des membranes Hyalines.
    – L’inhalation méconiale.
    – La dysplasie broncho-pulmonaire.
    – La bronchiolite.
    – L’hyper-réactivité bronchique.
    – L’asthme de l’enfant.
    – La mucoviscidose.
    – Les rhinites obstructives.
    – Le reflux gastro-oesophagien.
  • Table ronde et ateliers de raisonnement et de communication :
    – Amener une démarche d’examen à partir de dossiers cliniques, de partages expérientiels.
    – Définir les techniques à mettre en œuvre en fonction du cas clinique.
    – Choisir des indicateurs permettant d’évaluer ces techniques au cours de leurs réalisations.
    – Evaluer l’atteinte des objectifs choisis.

Deuxième jour : durée 8 h

  • Sémiologie de la détresse respiratoire :
    – L’évaluation des détresses respiratoires.
    – L’examen médico-kiné.
    – Pratique, jeu de rôle (mise en situation pratique sur mannequins) :
    – Réalisation des gestes d’urgence en fonction des critères repérés.
  • Pratique
    – La désobstruction endo-trachéale, naso-pharyngée et l’aérosol.
    – L’augmentation du flux expiratoire.
    – La toux provoquée.
    – Adaptation gestuelle en fonction de l’âge et de la pathologie.
  • Bilan-diagnostique kinésithérapique BDK :
    – Elaborer une hypothèse diagnostique.
    – Construire un bilan orienté.
    – Mettre en place les indicateurs permettant de mesurer et d’évaluer.
    – Etablir un projet thérapeutique.
  • Table ronde et ateliers de raisonnement et de communication
    Le kinésithérapeute et l’enfant
    – L’A.F.E. et la tolérance.
    – Le souffle, c’est la vie.
    – Le geste de l’A.F.E, son image, ses effets.
    – Le ressenti de l’enfant au cours du geste.
    – La prévention.
    – Réponses aux questions des participants, évaluation de l’impact de la formation et bilan des pratiques acquises lors de la formation, mise en place d’un suivi et d’une régulation à distance, conclusion.

COÛT DE LA FORMATION

Prise en charge DPC – enregistré sous le n° 11092000009

Sous réserve d’agrément ou de modifications des prises en charge des autorités concernées

Clôture des inscriptions 3 semaines avant le début de la formation.

 

DATES ET LIEU
1 et 2 octobre 2020 à Pontivy

Horaires habituels (9h -12h30/14h-17h30)

Nombre de participants acceptés
Minimum : 10 participants
Maximum : 20 participants

INDICATEURS D’APPRÉCIATION

2018 2019
Nombre de participants 9 25
Taux de satisfaction 100 % 100 %

Taux de réussite 2019  au test  de connaissance à l’issue de la formation : 

  • 45 % de réponses justes au Pré-Test
  • 90 % de réponses justes au Post-Test, à la fin du stage
  • Progression de 50 %