Prise en charge des épicondylalgies et prévention

des pathologies neuro-musculo-squelettiques du membre supérieur

DEGEZ FREDERIC

MR FREDERIC DEGEZ- MKDE

CV

PROBLEMATIQUE :

Dans ce cadre et selon les fiches d’orientation pluriannuelles prioritaires de DPC issues de la politique nationale de santé numéro 34, je propose une prise en charge troubles neuro-musculo-squelettiques et plus particulièrement des  épicondylalgies.

 

Les épicondylalgies sont des pathologies marquées essentiellement par la douleur qui devenue chronique, est un facteur de désocialisation et de déconditionnement important. Le nomadisme médical et les durées de soins retrouvés dans la littérature montrent que le diagnostic différentiel et la prise en charge ne sont pas toujours optimaux et conformes aux données de la science.

Si l’épicondylalgie latérale n'est pas le trouble neuro musculo-squelettique le plus fréquent, il est sans doute celui qui est le plus facile à prendre en charge.  La seule difficulté est de bien appréhender la part des lésions tendineuses et neurales et d’en adapter le traitement. Dans la plupart des cas, il s'agit d'une lésion mixte sur les tendons épicondyliens et sur la branche profonde du nerf radial, de façon concomitante parfois iatrogène.

Il nous faut donc de faire un diagnostic de l’état lésionnel précis (tendon/nerf, dégénérescence /inflammation) afin de choisir le protocole le mieux adapté en fonction des lésions. Il est aussi indispensable de savoir impliquer le patient dans son traitement et requérir sa proactivité pour la conduite du traitement comme pour la reprise dans de bonnes conditions.

Cette épicondylalgie se traite en 70 jours quel que soit le ou les tissus concernés, sans récidive à priori. Sa prise en charge globale doit intégrer la stabilisation proximale du membre supérieur, cela permet aussi de prévenir les autres troubles neuro musculo-squelettiques.

En effet, les troubles neuro musculo-squelettiques sont contagieux d'un tissu, d'une articulation voire même d'un membre supérieur à l'autre. Les chiffres nous le disent. Nombreux sont les patients cumulant les maladies professionnelles. Avoir l'opportunité de traiter un patient pour une épicondylalgie latérale, c'est aussi prévenir l’arrivée de la décompensation suivante. Car en traitant la déstabilisation du socle scapulo-thoracique, on enraye le phénomène pathogénique commun à tous ces troubles sur la chaîne musculo-tendineuse dorsale et sur les chaines neuroméningées du membre supérieur.

.

 

OBJECTIFS :

  • Comprendre l’enjeu de santé publique ;
  • Savoir faire le bilan d’une épicondylalgie et poser un diagnostic différentiel ;
  • Savoir adapter un traitement à une épicondylalgie tendineuse ;
  • Comprendre l’arbre décisionnel pour la prise en charge d’un syndrome canalaire et savoir un traitement à une épicondylalgie neurale ;
  • Savoir mettre en place l’auto rééducation et la proactivité ;
  • Ajuster les pratiques, organiser le travail pluridisciplinaire en pouvant argumenter de ses pratiques ;
  • Montrer le poste de travail et l’enjeu de participer à la conception du poste.


 

PROGRAMME -

  • Introduction sur les troubles neuro-musculo-squelettiques   
  • Le coude en question  
  • Les épicondylalgies, examens physique et clinique, diagnostics différentiels
  • Le traitement des épicondylalgies tendineuses
  • Le traitement des épicondylalgies neurales 
  • La place de la prévention  
  • Une revue de la littérature
  • Les conclusions         
     

 

Réf. Prog. 

 

DATES :

  • 2 et 3 octobre 2020 PONTIVY

Inscription selon les modalités DPC du Bulletin d'inscription

 

Dernières actualités


REBOUTEMENT ...

Découvrir une méthode de thérapie manuelle...


Reportage de la...


Charte du conseil...

le CEKCB a reçu l'accréditation du C N O...


DPC 2020

Les dates et thèmes sont en ligne ! des...


Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter CEKCB !

Plus d'infos

Contact

Tél : 02 97 25 13 84
Fax : 02 97 25 66 15
Email : contact@cekcb.fr
BP 60182
56308 PONTIVY

© Copyright CEKCB 2019